15.12.16

Ginger jeans

Chose promise, chose due ! Après deux semaines de folie (arf, mais c’est pas possible ! Où passe donc tout mon temps ?), je reviens vous présenter un peu de couture… et pas n’importe quelle couture : le Ginger jean !!!
Si vous me suivez depuis longtemps, vous vous souvenez peut-être que je n’en suis pas à mon coup d’essai en matière de jean : j’ai déjà tenté une version en toile non extensible (devenue trop petite depuis belle lurette), une version sur mesure ratée (patronage maison mais taille bien trop basse pour être décente) et enfin une version gros-bidou-compatible qui a été un véritable fiasco (même pas terminée). Bref, la quête du jeans parfait tourne chez moi à l’obsession !
Et pour cause : ma silhouette étant ce qu’elle est, trouver un jean qui m’aille dans le commerce relève du miracle. J’ai en effet une taille plutôt marquée (ou du moins c’était le cas avant l’arrivée d’un certain petit bouchon) et un popotin assez imposant (sur ce point au moins, je ne peux faire aucun reproche : rien n’a changé lol). Il y a donc une différence d’un ou deux tailles entre ma taille et mes hanches. Résultat : si je peux enfiler un jean et le fermer, il baille forcément dans le dos. Dans ce cas de figure, un seul mot d’ordre : « On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même ! ». Mais bon stop, j’arrête ma complainte pour en venir au cœur du sujet.


Lors de leur sortie, j’ai eu un véritable coup de cœur pour les Birkin flares de Baste + Gather (la magnifique version de Pauline a d’ailleurs achevé de me convaincre). Mais alors que j’écumais le web avant de me décider à acheter le patron, je suis tombée par hasard sur la version flare du Gingerjean de Closet case files qui m’a tout de suite beaucoup plu aussi. Ce patron proposant plus de variations que le Birkin (droit, slim et flare en option), c’est sur lui que j’ai jeté mon dévolu. Et bien m’en a pris car c’est une véritable tuerie !!! Grâce à un e-book hyper complet et précis sur laconfection des jeans, Heather Lou, la créatrice, vous accompagne pas à pas dans la réalisation de THE jean parfait avec tous les détails qui font qu’on dirait un vrai (surpiqûres, rivets, coutures rabattues,…) Je n’ai pas suivi les explications du patron en lui-même mais cet e-book qui vaut clairement l’investissement si vous souhaitez un résultat optimal (non non c’est juré, je n’ai aucune action chez Closet case files : je suis juste complètement emballée quand je tombe sur un tel travail de précision). C’était la première fois que je cousais un modèle de cette marque et vu sa qualité, je suis certaine que ce ne sera pas la dernière.


Mais revenons à nos moutons… La version que je vous montre aujourd’hui est en fait mon deuxième Ginger. Si vous me suivez sur Instagram, vous vous souviendrez peut-être que ce jean est maudit ! Jugez plutôt… J’ai d’abord réalisé une première version trop petite… Tout était ma faute : j’avais surestimé l’élasticité de mon tissu, erreur impardonnable pour un jean ajusté et taille haute… Imaginez le drame, toutes ces précieuses heures de mon temps-libre de jeune maman perdues pour rien… (Quelle idée aussi de reprendre la couture post bébé avec un projet de cette ampleur !) Mais je ne me suis pas découragée pour autant : je présentais qu’une fois bien ajusté, ce pantalon serait parfait. Je l’ai donc recoupé une taille au dessus et cette fois, il était trop grand ! Encore une histoire d’élasticité… J’ai réussi à rattraper ça en le reprenant par les coutures côtés. Enfin, quand ma merveille a été terminée, j’ai foiré la pose de mes rivets… Alors que je fixais l’un deux sur le coin de la poche arrière, il a légèrement bougé. Or, un rivet mal placé, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure. J’ai donc fait preuve de sang froid, retiré le rivet, réparé le trou laissé par lui et déplacé la poche pour cacher ces misères. Et là, enfin, ça y était : je l’avais mon jean parfait !!! Je n’en ai jamais possédé un qui me colle ainsi à la peau ! Rien ne baille à la taille (aucune modification n’a été faite à ce niveau… incroyable ! Quand je vous disais que ce patron est magique !)


J’ai choisi la version jambe droite : plus passe-partout que les flares (je n’envisage pas la version slim : avec des hanches comme les miennes c’est juste trop moche). J’aurais pu l’allonger de 3 ou 4 cm : il n’est pas trop court mais il est quand même limite (il faut dire que je suis plutôt grande aussi 1m78 !).


Inutile de vous dire à quel point je suis ravie du résultat. C’est bien simple depuis qu’il est terminé, je n’en porte plus aucun autre ! Il fait des allers-retours dans le machine à lessiver chaque semaine. Son tissu stretch est comme une seconde peau. Sa taille haute me permet de ne plus angoisser quand je m’assieds tout en restant confortable (elle est moins haute que celle du Safran de Deer & Doe). Tous ses détails font parfaitement illusion : on dirait un « vrai » et ça, ça me rend tellement fière !!!


Côté réalisation, absolument aucune difficulté : comme je l’ai dit plus haut, grâce à l’e-book tout se fait étape par étape sans la moindre anicroche. Il faut juste faire preuve de patience et de minutie surtout pour obtenir de belles surpiqûres bien régulières. Les miennes sont perfectibles : j’ai dû jouer avec la pression du pied de biche et la tension du fil pour obtenir de meilleurs résultats.


Mais trêves de bavardages, j’adore ce jean, vous l’aurez compris ! Ginger est LE patron de jean à tenter absolument ! Pour ma part, je ne manquerai pas de le coudre à nouveau en faisant quelques améliorations :
  • Peut-être un « full seat adjustement » : j’ai en effet l’impression que le volume de mes fesses fait redescendre la ceinture dans le dos…
  • Des surpiqûres plus régulières en allongeant peut-être le point
  • Un denim de meilleure qualité : celui-ci a déteint aux premiers lavages (je l’avais pourtant décati avant de coudre) et a fait quelques « marbrures » heureusement discrètes. Avez-vous des conseils pour éviter à un jean brut de déteindre et de marquer les plus du tissu au lavage ?


Pfiou je vous ai écrit une belle tartine… Alors, si vous êtes arrivées jusqu’ici, qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà cousu ce patron ou un autre de jean ?


Taille : 12 si je me souviens bien
Tissu : denim stretch de chez Chamick

PS : vous l’aurez remarqué, côté photos, je vous sers du réchauffé J Elles ont bien sûr été prises fin de l’été (Hé non point de microclimat en Belgique, rassurez-vous !) Mais remarquez mes efforts : point de plante verte en arrière-plan cette fois ! Quand je vous disais que je suis pleine de bonnes résolutions pour ce blog !!!

À bientôt ! Bises

Mademoiselle M.

28.11.16

Hello

Source image : Unsplash 
Hello la blogo !
Si tant est que quelqu’un passe encore me lire par ici…

Eh oui, j’ai récidivé : j’ai honteusement abandonné ce pauvre vieux blog ces 11 derniers mois. Mais voilà, avant de franchir le cap fatidique des 1 ans sans le moindre billet, je reviens vers vous timidement.

Pour être honnête, je ne sais pas trop si j’ai encore vraiment ma place sur la blogosphère. Tant de choses ont changé depuis ce 27 novembre 2008 où j’ai ouvert ce blog. Avec l’apparition des réseaux sociaux, les blogs ont été dans le creux de la vague ces dernières années. Certaines bloggeuses que j’aimais beaucoup ont peu à peu préféré ce format plus rapide pour partager leurs créas (une photo, un petit mot, quelques hashtags et hop, le tour est joué). Alors, aujourd’hui, prend-t-on encore le temps de lire des tartines sur telle ou telle réalisation couture ou tricot ? Eh bien, l’apparition de (très chouettes) nouveaux blogs créatifs ces derniers mois me laisse penser que oui, l’intérêt est toujours bel et bien présent. Pour moi comme pour beaucoup d’autres, je crois, aimer ou même commenter une photo sur Instagram ne remplacera jamais le plaisir de lire en détails un article de blog, d’y découvrir un vêtement sous toutes ses coutures, d’y retrouver le ton familier d’une bloggeuse qu’on a presque l’impression de connaître. Et puis de l’autre côté de l’écran aussi, c’est un plaisir tout différent que de créer et d’alimenter son petit bout de toile à son image. Mais loin de moi l’idée de critiquer les réseaux sociaux ! Après des années de résistance, j’ai fini par me créer un compte Instagram (si ça vous intéresse, retrouvez-moi sous le pseudo @bymademoisellem). Et quelle communauté riche j’y ai découvert ! Les échanges y sont tellement facilités ! Ca m’a réellement enthousiasmée ! Bref, pour moi, c’est clair : blogs et réseaux sont vraiment complémentaires…

Mais si j’ai longtemps hésité à revenir ici, c’est aussi parce que d’autres questions me trottaient dans la tête… La première, aurais-je assez de matière pour alimenter mon blog ? Comme vous vous en doutez, depuis mon dernier post, ma vie a de nouveau bien changé avec la naissance de mon petit garçon (je vous en parlerai peut-être dans un autre billet). Être maman est probablement l’activité la plus chronophage au monde ! Ajoutez à cela la reprise de mon job, vous comprendrez à quel point le temps me manque pour coudre, tricoter et bricoler… Mais à force de voir des mamans bloggeuses plutôt prolifiques, j’ai décidé que je ne devais pas attendre de « trouver » le temps pour me faire plaisir mais le « prendre ». Il y aura toujours des corvées à faire à la maison et je serai toujours la maman d’un petit bouchon. Bref, si je ne m’accorde pas des parenthèses, le rythme effréné de ma vie ne me les donnera sûrement pas ! Alors voilà, revenir écrire sur ce blog, c’est d’abord un engagement que je prends avec moi-même : celui de prendre du temps pour moi, chaque semaine, pour faire ce qui me rend heureuse : coudre !

Je me demande aussi souvent si ce que je vous propose ici est à la hauteur de ce que l’on trouve désormais sur d’autres blogs couture… Je trouve que beaucoup d’entre eux mettent vraiment la barre très haut avec une présentation quasi professionnelle : je ne vous cache pas que je bave d’envie sur la qualité de leurs photos (en extérieur, pleines de lumière et de jolis flous) et leur design épuré. Ce n’est pas nouveau, je suis assez frustrée de la piètre qualité de mes photos mais bon, je n’ai pas la chance d’avoir un amoureux talentueux à ce niveau-là (on ne peut pas tout avoir, n’est-ce pas ? ;-))et ma timidité rend les séances photos en extérieur compliquées (je me sens tellement bête et je ne peux m’empêcher de penser que les gens doivent se demander ce que je fous). Bref, là aussi, je reviens pleine de bonne volonté : j’ai décidé d’essayer d’améliorer tout ça en investissant d’abord dans du matériel de meilleure qualité me permettant de me débrouiller toute seule pour faire mes photos et en travaillant aussi un peu sur moi-même : j’en ai assez de ce manque de confiance que je traîne depuis l’adolescence… Pour la trentaine (eh oui j’ai passé ce cap en septembre), je ne veux plus m’excuser d’être moi-même. D’ailleurs, si vous aussi vous êtes trop dures avec vous-même : STOP car si on ne s’estime pas soi-même, les filles, qui pourrait le faire à notre place ? On n’est pas moins bien que les autres, non di djap ! :) Il faut juste faire l’effort de remarquer nos forces plutôt que de toujours nous concentrer sur nos défauts.

Dernier point qui me turlupine : est-ce que les projets que je vous présenterai vous intéresseront toujours ? En effet, je ne couds quasiment jamais les derniers patrons à la mode. Pas spécialement parce qu’ils ne me plaisent pas mais surtout parce que je me sens plutôt étouffée par la frénésie qui accompagne leur sortie. Sans vouloir critiquer, on dirait parfois que c’est la course à qui les coudra en premier peu importe les différences de styles ou de morphologies. Personnellement, je n’ai pas envie de rentrer dans ce jeu-là. Au risque de me faire lyncher, quand un modèle me plait que ce soit un patron indépendant ou un vêtement du prêt-à-porter, je me demande d’abord s’il m’irait et conviendrait à mon style de vie (quel intérêt de me coudre des robes habillées alors qu’elles ne sortent quasiment jamais de mon placard ?). Ensuite, avant d’acheter le patron, je vérifie d’abord mon stock impressionnant de Burda pour voir si je ne trouve rien d’approchant ou que je pourrais bidouiller pour un résultat similaire… Alors, oui, certaines diront peut-être que ce n’est pas très sympa de pomper ainsi les bonnes idées sans forcément acheter les patrons des créatrices mais bon, je ne sais pas vous, mais moi, mon budget ne me permet pas de suivre toutes ces sorties et surtout ce qui fait mon plaisir, c’est de justement de savoir qu’en sachant coudre, je peux combiner différents patrons pour faire tout ce que je veux ! C’est la liberté absolue ! Quand j’essaie un vêtement en boutique, je regarde comment il est fait et je me délecte de réfléchir à comment je pourrais m’y prendre pour le copier. Pourquoi devrais-je fonctionner différemment avec les patrons indépendants ? Je ne veux pas m’interdire de coudre quoique ce soit au nom d’une quelconque loyauté envers des créatrices même si je respecte tout le travail qu’il y a derrière l’élaboration d’un nouveau patron…

Bref, j’espère que cette tartine ne vous aura pas trop saoulées ;-). Je ressentais juste le besoin de partager avec vous tout ce qui fait que j’ai longtemps hésité à revenir écrire ici. Partagez-vous certaines de ces préoccupations ? Quoiqu’il en soit, je suis heureuse de vous retrouver (en espérant que vous serez au rendez-vous) et j’espère de tout cœur que cette fois, je tiendrai toutes les promesses que je me suis faites et que je n’abandonnerai pas trop vite cette bulle d’oxygène dans le quotidien qu’est ce cher vieux blogs…

Je vous dis à très vite pour de la couture, de la couture et un tout petit peu de tricot aussi :-)
Bises à toutes (et tous)


Mademoiselle M.

28.11.15

Robe Cotton and Curls

Hello la blogo! 
Ah comme le temps passe vite : voilà déjà le mois de novembre qui se termine! De mon côté, bébé continue a pousser et commence à bien gigoter :) 
Comme je vous le disais dans mon dernier post, ma priorité en matière de look est maintenant le confort! lol Après le flop de ma jupe de grossesse Burda, j'avais vraiment besoin de me coudre quelque chose de seyant et surtout d'agréable à porter. Et alors que j'hésitais entre plusieurs modèles de robe en jersey "gros bidou compatible", je tombe sur Thread and needles sur ce projet de Micoton. Comme quoi le hasard fait bien les choses! J'ai trouvé sa robe si réussie que le soir-même, je tracais mon patron maison à partir du haut de Plantain et du tuto de Liz du blog Cotton and Curls. Mon ventre de 6 mois n'étant pas encore trop imposant, j'ai décidé de ne pas ajouter de fronces devant. J'espère que je ne le regretterai pas dans quelques semaines et que je pourrai compter sur l'élasticité de mon jersey pour porter ma robe le plus longtemps possible. 
Côté tissu, il s'agit d'un jersey coton+lycra qui est clairement pour moi THE combinaison gagnante en matière de jersey : sa tenue et son épaisseur sont juste parfaites. Et je sais d'expérience qu'il tient très bien au lavage (j'ai déjà utilisé ce tissu pour me coudre un Plantain - bah tiens quelle originalité! - il y a maintenant plus d'un an). Seul bémol, je n'en ai trouvé pour le moment qu'au Marché du tissu : j'attends donc avec impatience l'édition qui se tiendra à Namur dimanche prochain pour me réapprovisionner dans plein d'autres couleurs!
Et hop le joli bidou à S26 (les photos datent de la semaine dernière)
Car oui, on peut le dire, je suis trop contente du résultat : la robe en jersey en vraiment LA robe confort que toute femme enceinte devrait avoir dans son placard! Je l'aime d'amour, si vous saviez! Sa jolie couleur mauve, son décolleté dégagé mais tout à fait décent, sa ligne plutôt ajustée,... je me sens jolie et élancée dedans (dans la mesure où l'on peut se sentir "élancée" à six mois de grossesse lol)! Et double bonus : 1) je peux oublier les bretelles lol et 2) sa coupe basique permet de jouer avec les accessoires pour créer des looks assez différents :
Foulard et ceinture taille basse, gilet tout simple ou façon jupe taille haute avec par dessus ma jolie chemise en Liberty Tatum nouée au dessus de mon ventre... Je trouve que c'est finalement une pièce assez versatile :) J'envisage donc d'autres versions peut-être un chouya plus longues (avec des collants opaques ça passe mais je l'ai portée hier avec des bas plus fins et j'avoue que j'étais un peu mal à l'aise) ou encore avec une jupe froncée taille basse... Bref affaire à suivre mais avant ça, ma tête fourmillie d'idées créatives pour bébé et pour moi! Du tricot (cache-coeur et chaussons) et un short châtaigne! Quel bonheur de retrouver l'enthousiasme des débuts!!! 
J'espère que ma robe vous plait et je vous dis à très bientôt!
Bises
Taille : 44 pour le haut et les manches de Plantain si je me souviens bien
Tissu : jersey du Marché du tissu

2.11.15

Jupe de grossesse Burda

Hello les filles!
Aujourd'hui, je vous présente à nouveau une couture toute simple : une jupe de grossesse en jean. Depuis que mon ventre s'arrondit, je m'aperçois que je manque cruellement de bas basiques. J'ai donc très vite décidé de me coudre une petite jupette qui irait avec tout. Pour le modèle, j'ai comme d'habitude compulsé ma farde à Burda à la recherche du patron adapté et ai finalement trouvé ce modèle issu du numéro d'août 2006 (quand je vous dis que j'ai une légère addiction à ce magazine... lol). Il s'agit d'une jupe trapèze toute simple avec une ceinture en jersey. Je voulais vraiment lui donner le parfait petit look que doit avoir une jupe en jean : je l'ai donc raccourcie et j'ai coupé le devant et le dos en deux parties pour pouvoir faire de jolies surpiqûres au cordonnet. J'avais au départ prévu de lui ajouter deux poches dans le dos mais pour finir je l'aimais bien comme ça.
Côté technique, il n'y rien de plus simple puisque même pas de fermeture éclair! Seule fioriture : j'ai fait des coutures rabattues typiques des jeans aux milieux dos et devant.
Et hop le ptit bidou à S23!
Au premier essayage, j'ai eu un doute par rapport à la ligne évasée de la jupe... Je ne suis pas sûre que ce soit le plus seyant avec mon bidou qui grossit. C'est surtout sur le résultat de profil que je m'interroge... Mais bon, dans les jupes droites, c'est mon popotin qui coince alors fallait bien me décider! lol
Pour tout vous dire, malgré son air tout à fait portable sur ces photos, je ne suis pas satisfaite du résultat... D'abord parce que j'ai mal choisi mon tissu : c'est un jean sans élasthane, du coup il plisse vraiment très vite : avant même d'arriver au boulot je ne ressemble plus à grand chose lol. Il est d'ailleurs complètement maudit ce tissu puisque je l'avais acheté pour me faire un jean de grossesse en copiant et adaptant mon pantalon préféré ce qui s'est avéré être un vrai fiasco : un pantalon sans élasthane pour la grossesse, c'était vraiment n'importe quoi je vous l'accorde... Je ne l'ai même pas terminé...
Autre problème de cette petite jupe : le bord en jersey bien qu'ayant une bonne tenue se détend très vite au cours de la journée, du coup je passe mon temps à remonter ma jupe très élégament... lol  En fait, je crois que c'est dû au principe même du vêtement de grossesse : comme il n'y a pas de zip, il faut bien que la ceinture soit suffisament large pour laisser passer les hanches... c'est donc inévitable que ça baille à la taille J'ai le même soucis avec mes deux pantalons de grossesse du commerce : ça m'énerve à un tel point que j'ai fini par investir dans une paire de bretelles que je porte sous mon t-shirt histoire que personne ne les voit lol parce que bon, les bretelles, j'en conviens, ce n'est pas le comble du glamour! mdr

Bref, après deux mois de ceinture en jersey, j'en suis arrivée à la conclusion que plutôt que de m'acharner à porter des bas séparés, la solution idéale est de porter des robes!!! Pourquoi n'y ai-je pas pensé plus tôt?! Je pense même que le top du top du confort, c'est la robe en jersey! Je bave d'envie sur celle cousue par Anna et toutes celles que j'ai pu voir chez Elodie il n'y a pas si longtemps. J'ai déjà hâte de m'y mettre! En espérant que le résultat sera à la hauteur de mes espérances cette fois!!!
Patron : Jupe 127 (Burda 8/2006)
Taille : 42 + 1 cm aux hanches 
Tissu : jean de chez Chamick
Modifications : - 10 cm à l'ourlet, ajout de coutures milieux
Coût : +- 13 €

13.10.15

Marinière et petit poisson...

Trois mois plus tard... hum hum j'ai de bonnes excuses, c'est promis! lol 
Bref, me voilà de retour avec une petite couture toute simple mais efficace : j'ai nommé le célebrissime Plantain de Deer and Doe en version marinière! Aaaaah les marinières et moi, c'est une longue histoire d'amour : souvenez-vous, je m'étais déjà cousu celle-ci qui a été usée jusqu'à la corde (enfin jusqu'à déformation totale du jersey plutôt) tellement je l'aimais d'amour... 
Mais la marinière parfaite, elle ne se laisse pas coudre aussi facilement, oh que non... il faut d'abord relever le défi de la quête du graal, c'est à dire trouver LE jersey rayé parfait aussi bien par sa composition que par son motif... Et ça, ma ptite dame, c'est pas de la tarte! Alors quand je suis tombée sur ce jersey coton/lycra à la tenue impecable au dernier Marché du tissu, je n'ai pas hésité longtemps (même si pour tout vous dire, mon graal à moi, c'est un jersey rayé marine sur écru de belle qualité => si vous savez où je peux en trouver, pitié faites-moi signe!!! J'en cherche depuis des lustres!)...
Pour le modèle, Plantain est une valeur sûre : ça vous le savez toutes déjà! J'ai coupé comme pour mes versions précédentes la taille 40 en allongeant simplement les manches (5 cm?) et le corps (10 cm) pour un effet un peu tunique... 
Mais bon, pas besoin d'écrire toute une tartine sur ce patron irréprochable, j'ai bien plus intéressant à vous raconter...
Eh oui, bien plus intéressant, vous dis-je! 
Mamoureux et moi attendons un petit garçon pour la fin du mois de février!!! 
Nous sommes bien évidemment submergés de bonheur tous les deux et nous constatons avec un peu plus d'impatience chaque semaine, l'arrondissement de mon bidon :) 
car à 21 semaines, voilà seulement qu'on commence à le voir pour ma plus grande joie! J'avais trop hâte de pouvoir enfin le mettre en valeur avec une couture home made! C'est désormais chose faite et qu'est-ce que ça fait du bien de me sentir un peu jolie et à mon aise alors que ça fait des semaines que je ne rentre plus dans rien sans que personne ne remarque mon petit ventre pour autant...
Quel bonheur de retourner derrière ma machine à coudre! Car je n'ai vraiment rien cousu depuis la robe Dalhia que je vous montrais au mois de juin! Nous avons d'abord été fort occupés par des travaux dans notre maison et puis dès que j'ai appris ma grossesse, j'ai été comme bloquée côté couture : j'avais une foule de tissus en stock et des tas d'idées de projets en tête mais quel intérêt de se lancer dans des coutures que je savais ne plus pouvoir porter très vite vu mon état? Et puis je ne pouvais pas non plus me résoudre à couper dans ces tissus gardés précieusement de côté pour en faire des vêtements de grossesse qui ne seraient eux non plus pas beaucoup portés au fond...

Il m'a donc fallu un break : c'est seulement maintenant que je ressens l'envie de réfléchir à des modèles adaptés à mes nouvelles rondeurs. Ce n'est d'ailleurs pas si facile à ce stade : je n'ai pas encore suffisament de ventre pour beaucoup des patrons pour futures mamans que j'ai repérés... Et puis je suis aussi un peu perdue côté taille : je tâtonne un peu de ce côté-là. Mais heureusement, plein de blogueuses couture que j'aime beaucoup sont enceintes ou viennent d'accoucher : j'ai donc plein d'inspiration et de bonnes idées à prendre! 
Je me sens toute remotivée et j'ai plein de projets en tête! Bref, j'espère vous dire à bientôt! Heureuse d'avoir partagé avec vous cette belle nouvelle!
Patron : t-shirt Plantain de Deer and Doe Taille : 40 
Tissu : jersey coton/lycra du Marché du tissus
Modifications : + 5 cm aux manches et + 10 cm à l'ourlet
Coût : +-14 €

29.6.15

Robe Dahlia

L'année dernière, alors que Mamoureux et moi étions dans les préparatifs de notre mariage, pleine d'enthousiasme, j'avais prévu de me coudre des tas de jolies petites robes et blouses pour notre voyage de noces à l'île Maurice... Bien évidemment, comme toutes celles qui sont passées par là vous le diront, je m'étais mis le doigt dans l’œil en espérant avoir le temps de coudre pour moi durant les dernières semaines... Prise dans le tourbillon des plans de table, carnets de messe, tenues des enfants d'honneur et j'en passe, je m'estime heureuse d'avoir réussi à me coudre un seul petit débardeur...
Et pourtant, cette petite robe, je la voyais déjà lorsque je suis tombée sur ce joli tissu fleuri chez Chamick : une robe à fines bretelles, à la ligne ajustée avec un décolleté délicat... Bref, de quoi me sentir ultraféminine :) Il y a donc à peu près un an, je jetais mon dévolu sur ce modèle Burda. Un peu folle, la Mademoiselle M., puisque le modèle était prévu pour un satin élastique et que mon tissu avait beau être magnifique, il n'était pas du tout extensible... Ajoutez à ça que le modèle ne dépassait pas la taille 42 et que pour caser mon popotin, le 46 s'avère plutôt nécessaire... Qu'à cela ne tienne, je trace la taille 40 pour le haut et je gradue jusqu'au 46 pour les hanches (j'ai changé de méthode depuis ce post... je compte vous détailler tout ça prochainement) en ajoutant au passage de bonnes marges de couture au cas où...
Une fois le mariage passé et notre merveilleuse lune de miel derrière nous, le climat belge étant ce qu'il est, j'avoue avoir un peu perdu la motivation pour la terminer, ma petite robe : toutes les pièces étaient pourtant coupées, il n'y avait plus qu'à... comme on dit lol Je ne sais pas vous, mais moi, coudre des vêtements d'été en hiver et vice versa, ce n'est décidément pas mon truc... et pourtant à chaque changement de saison, j'ai un en-cours qui reste sur le carreau (cette année, un beau manteau en laine)
Bref, il y a deux semaines, après avoir terminé ma blouse peplum et avoir rattrapé mon retard de podcasts couture (ceux de Sandra et de Nathalie), j'étais reboostée à bloc, j'avais une furieuse envie de coudre, le temps était ensoleillé,... bref, toutes les conditions étaient rassemblées pour que la petite robe délaissée repasse sous le pied de biche :)
Coup de bol, je rentre toujours dedans... après presqu' une année de mariage heureux, je me suis comme qui dirait laissée aller lol... Je dirais même que je n'ai pas eu besoin des marges de couture que j'avais ajoutées par précaution.. Faut croire que le bilan n'est pas si catastrophique :)
Mais parlons un peu technique...
- La robe est doublée et comme pour la blouse peplum, j'ai sous-piqué au niveau de l'encolure pour qu'elle se mette bien à plat (je suis complètement fan de cette technique qui donne un fini très net).
- La jupe étant plutôt étroite aux genoux, Bubu nous avait prévu une fente d'aisance avec sous-patte. N'en ayant jamais cousu, j'ai vraiment galéré avec les explications... rien compris... Heureusement dans ces cas-là, Go*gle est mon ami : grâce au tuto de Sensoussi, ça a été tout seul (avec un pseudo pareil, ça ne pouvait pas rater! lol) Pour fixer la doublure autour de la fente, j'ai suivi les explications illustrées de ce magazine burda.
- Mais ce dont je suis super fière, ce sont mes raccords de motifs! Eh oui, depuis que j'ai vu "The british sewing bee", je suis obsédée par les raccords! lol Mais je trouve ça vraiment hardcore à apprendre toute seule dans mon coin... Enfin ici, j'ai réussi mon coup : regardez moi ces raccords dos!! Bah oui, la modestie m'étouffe, je sais lol mais je vous jure, j'en ai tellement bavé que je m'auto-félicite!
Excusez le manque de repassage...
Inutile de dire que je suis ravie du résultat! Bien sûr, quelques kilos de moins ne feraient pas de mal mais bon... On est comme on est hein ;) Je ne l'ai portée qu'une fois jusqu'à présent mais vu la canicule annoncée cette semaine en Belgique (pffff, toujours tout ou rien, ma petite dame!), elle a toutes ses chances pour ressortir de la penderie!
Remarquez au passage qu'un miracle s'est produit : j'ai enfin osé la séance photo à l'extérieur! Wouhou plus de plante verte pour une fois! Profitez-en! lol D'ailleurs, si jamais il parvenait au bout de cette interminable tartine, un tout grand merci à Mamoureux de s'être dévoué (je sais que tu détestes ça...lol)
Taille : 40, 46 aux hanches Modifications : aucune
Tissu : coton imprimé acheté en soldes chez Chamick à Hognoul, doublure Venezia de chez Veritas

9.6.15

Le cas de la blouse peplum...

Quand, à l'été 2012, la mode des blouses peplum a fait surface, je dois bien avouer que j'ai été un peu sceptique... (surtout quand on associait le peplum à une assymétrie devant/dos (voir ce modèle Burda) : alors le dos plus long que le bas, je n'aime vraiment pas! Ne cherchez pas ça doit être mon côté maniaque de la symétrie...lol) À cette époque, comme à chaque nouvelle tendance, on en a vu partout partout que ce soit dans les magasins ou sur la blogo couture... partout! Je ne savais pas trop si c'était pour moi, même si je trouvais ça joli sur les autres. Et puis à force d'en voir et d'en revoir, l'idée a fait son chemin (j'ai pris mon temps! 3 ans!) et depuis plusieurs mois, j'envisageais sérieusement de me lancer. Encore fallait-il trouver le bon modèle...
Au cours de mes recherches, je suis tombée sur ces deux blouses Burda de Sewaholic et là... Mamma mia! Ca a été le coup de foudre intégral : je ne sais pas si c'est le modèle, l'imprimé ou l'association des deux mais dès ce moment, ça a tourné à l'obsession : il me FALLAIT cette blouse!
Le modèle cousu par Tasia était un patron pochette Burda et ça, ça me chiffonnait un peu : j'ai tellement l'habitude d'acheter des magazines 5-6 € pour des dizaines de modèles que j'ai un peu de mal à sortir le portefeuille pour un patron pochette... C'est un débat, je sais... On en parle régulièrement sur les forums : les deux ont leurs pour et leurs contre... Mais revenons à nos moutons! Un peu contrariée, je me suis dit que je pourrais bien bidouiller quelque chose à partir de ma collection pas très raisonnable de Burda... Après observation du schéma technique, j'ai repensé à ma Dark blue dress que beaucoup appellent la "Dolce vita dress". Bingo! Pinces devant et dos et épaules tombantes, elle avait tout ce qui me fallait comme base!
Questions modif', je voulais une encolure bateau donc j'ai donc remonté l'encolure. Pour ce faire, j'ai utilisé comme guide l'encolure dos que j'ai abaissée de 2 cm pour éviter de me sentir étranglée. J'ai aussi descendu la taille de 2 cm je pense (elle était un peu haute sur ma Dark blue dress). Pour la basque, j'ai simplement tracé une jupe 1/2 cercle à l'aide de mon précieux copion :)

Pour le tissu, c'est une petite merveille achetée 5 € le mètre aux soldes d'hiver à la Toison d'or (une vraie caverne d'Ali Baba où les vendeuses sont vraiment charmantes et de très bon conseil! Il faudrait que je vous en reparle). Il s'agit d'une viscose parait-il : je suis vraiment nulle pour identifier les tissus. La plupart du temps, quand j'achète un tissus chez Chamick, je ne connais ni sa composition, ni son nom... ce qui est d'ailleurs parfois frustrant! C'est la première fois, je crois, que j'en couds : ça bouge pas même quand on coud mais c'est tellement doux et fluide une fois porté! Un régal! Et cet imprimé, n'est-il pas trop chou? N'en déplaise à Mamoureux qui m'a gentiment appelée "fraise des bois" tout à l'heure! lol
Niveau finitions, je me suis appliquée. Plus le temps passe et plus j'apprécie de coudre des finitions irréprochables : mini ourlet, coutures anglaises pour la taille et coutures repliées pour les côtés, sous-piqûre pour que les parmentures que j'ai ajoutées se mettent bien à plat (je ne sais pas comment on appelle ça en français. Je lis tellement de blogs et de tutos anglophones que je pense juste "understitch" lol). Admirez au passage mes jolies chaussures : je les adore trop mais pour tout vous dire, elles sont complètement importables pour moi, à tous les coups, je me tords les chevilles...

Je suis ravie du résultat! J'adore toujours autant ces emmanchures qui reviennent élégamment sur l'épaule! Quant au peplum, je me demande bien pourquoi j'ai tant attendu avant de me lancer! J'ai eu un moment de doute une fois terminé : je le trouvais trop godé. Mais pour finir je le trouve bien comme ça. Peut-être un poil trop court? Qu'en pensez-vous?
Patron : Robe 101 (Burda 2/2011) Taille : 40 
Tissu : viscose imprimée de La Toison d'or à Liège
Modifications : taille descendue de 2 cm, encolure remontée, ajout d'une basque (jupe 1/2 cercle)
Coût : +-9 € (4€ la tirette invisible!!! Ils s'emmerdent pas chez Veritas!!!)