Robe Madeline


Aujourd'hui, je viens vous présenter ma robe Madeline. 
Ce patron, il m'a carrément tapé dans l'œil lorsqu'est sortie l'édition de septembre du magazine La Maison Victor! Cela faisait vraiment longtemps que je ne n'avais plus eu un tel coup de cœur pour un modèle! Mais qu'a-t-elle donc de si particulier cette délicieuse petite robe? Eh bien tout! Ses manches légèrement tombantes tout  d'abord (en anglais, on appelle ça des "cap sleeves": connaissez-vous leur nom en français?). Elles couvrent l'épaule juste ce qu'il faut et me rappellent ma robe "Dolce vita" comme la blogo l'a baptisée à l'époque. Ensuite, j'aime beaucoup sa jupe en A toujours avantageuse. Enfin, j'ai surtout craqué sur ce jeu de découpes hyper flatteuses sur le corsage ! Le magazine parle d'une robe à l'allure rétro (elle a été inspirée par une véritable robe vintage), mais moi, je lui trouve un look résolument moderne!
Bref, j'ai acheté le magazine sans trop me poser de questions. De façon générale, les modèles La Maison Victor me plaisent très souvent mais même si j'en ai quelques uns en stock, j'en ai très peu cousus. J'avais tenté sans grand succès la robe Hanna (je ne vous l'ai jamais présentée ici car elle n'a pas résisté à l'étape du grand tri..). Du coup, j'avais un peu d'appréhension concernant la taille et le seyant du modèle...
Pour le tissu, je n'ai pas été bien originale quand je vous dis que le coup de foudre était total, patron et tissu de présentation compris ! J'ai finalement changé d'avis au Marché du tissu alors que j'y allais expressément pour acheter ce tissu LMV. En vrai, il était certes joli mais sans plus et son prix était plutôt élevé... Après un petit repérage, j'ai déniché ce jersey bleu marine légèrement chiné, doux, souple et épais, son tombé était jupe parfait pour Madeline! En fait, je ne sais pas si on peut vraiment parler de jersey : il est très extensible, synthétique et l'envers en noir... Je ne suis pas du tout douée pour identifier les différents types de tissus (si vous voyez de quoi il s'agit, n'hésitez pas à me le dire!)
Pour la taille, en suivant le tableau des tailles, j'ai jonglé entre le 40 à la poitrine, le 42 à la taille et le 46 aux hanches. En réalité, j'aurais dû aller jusqu'au 48 aux hanches pour mon tour de 119 cm mais la robe étant stretch et évasée, cela ne s'est pas avéré nécessaire. Les patrons LMV étant conçus pour une stature de 170 cm, je me doutais que  je devrais allonger mes pièces. Plutôt que de le faire à l'ourlet en risquant de déséquilibrer les proportions, j'ai préféré essayer mon patron en papier de soie (je ne vous ai pas encore parlé, je pense, mais j'ai découvert il y a peu la méthode d'ajustement Palmer&Pletsch qui préconise cette façon de faire et je suis assez convaincue). J'ai ainsi décidé d'abaisser la ligne de taille de 2,5 cm. Ayant peur de me retrouver avec une jupe trop courte, j'ai également ajouté au bas 5 cm qui se sont finalement avérés inutiles : je les ai recoupés avant de faire mon ourlet...
Pour ce qui est de la réalisation, tout a été tout seul. J'ai assemblé ma robe à la surjeteuse et j'en suis ravie : entre les coutures surjetées et la doublure du corsage, le rendu intérieur est hyper propre! Les explications LMV sont super détaillées ce que je trouve fort appréciable : ils indiquent quand il faut surjeter, quand il faut cranter,... ce qui est rarement le cas dans les magazines couture (peut-être que je généralise un peu vite : je couds surtout du Burda). Je les ai suivies à la lettre sauf pour l'assemblage de la doublure pour lequel j'ai utilisé le tuto d'Hélène que je ressorssystématiquement quand je double une robe "trois trous". J'ai aussi préféré fixer à la main la doublure pour cacher les marges de couture de la taille.
Ses petits défauts (car la perfectionniste que je suis en trouve toujours ;-) )... 
  • J'ai manqué de précision pour l'assemblage des coutures côtés et milieu dos : il y a quelques millimètres de décalage au niveau des raccords... dommage! Je ne suis pas encore à l'aise avec ma surjeteuse. J'ai peur de l'abîmer, je retire donc mes épingles un peu trop tôt du coup le tissu bouge... Vous, vous faites comment pour faire des raccords aussi précis à la surjeteuse? Je pense investir dans pinces pour éviter les épingles quand j'utilise cette machine mais est-ce que ça reglera vraiment le problème???
  • Au niveau fit, c'est plutôt ok mais si je dois fignoler, je dirais que le dos baille un peu à la taille. Il y a aussi des plis au niveau de l'emmanchure mais je pense qu'avec ce type de manches, c'est inévitable... 
 Patron : Robe Madeline - La Maison Victor sept/oct 2017
Taille : 40 (poitrine), 42 (taille), 46 (hanches)
Tissu : Maille du Marché du tissu
Au final, je suis très satisfaite de la qualité de cette petite couture : j'aime quand toutes les finitions sont bien nettes et c'est le cas :-) Pour le rendu général, cette petite robette me plait, mais au premier essayage, j'avoue avoir été un peu déçue : une coupe classique et bleu marine, elle n'a rien de bien original... Mais bon, je ne veux pas être trop dure avec elle car je pense que c'est typiquement le genre de robe qui doit être accessoirisée. Jusqu'à présent, je l'ai peu portée car après mon tri radical (toujours lui), je n'avais plus aucune chaussure, ni bottes à porter avec des robes/jupes... Je pense opter au quotidien pour des bottes camel comme dans ce look que je trouve très joli (les escarpins, c'est bien joli mais toute une journée au boulot avec ça aux pieds, c'est juste impensable :-) Je ne sais pas vous mais pour moi, confort est mon maître mot!

Belle journée à vous!
Bises
Mademoiselle M.

1 commentaire

  1. Je profite de la nouvelle gestion des commentaires de ton blog pour en laisser enfin un!
    Ta robe est super réussie, et c'est vrai que le jeu de découpes est ravissant : on dirait qu'elle est en chaîne et trame, alors que pas du tout, ce qui doit la rendre très confortable tout en étant classe! Et je suis comme toi, le confort avant tout, alors tu penses bien que robe à découpe ET en jersey, j'imagine que c'est le combo parfait!
    Pour les coutures qui bougent à la surjeteuse,j'ai souvent ce problème aussi, et quand il s'agit de faire correspondre des couture entre elles, je préfère souvent bâtir à la machine avant de passer la surjeteuse, ce qui permet de garder les coutures bien en face les unes des autres.
    A bientôt pour le défi Burda ;-) (tu t'es "inscrite" auprès de celle qui le lance, ou tu posteras juste tes cousettes avec le hashtag qui va bien?)

    RépondreSupprimer