20.5.13

Histoire d'une petite veste en jean...

Modèle : veste n°120 Burda 03/2011 (modifiée)
Tissu : jean de chez Chamick à Hognoul
Fin avril, avait lieu la petite communion de ma filleule adorée. Pour l'occasion, j'avais prévu longtemps à l'avance de me coudre une jolie petite robe printanière...mais, comme cela arrive souvent en Belgique, je voyais le jour J approcher et le temps hivernal qui ne voulait pas décamper... Bref, pas trop emballée à l'idée d'exposer mes gambettes toutes blanches (limites transparentes) au froid, je décide de changer mes plans et d'opter pour un ensemble pantalon. Comme un tailleur pantalon, ça peut très vite faire mamy, j'opte pour un look classe mais décontracté en choisissant de porter du jean. Encore fallait-il trouver une veste...en une semaine... 
Une virée shopping avec les copines et je repère une super jolie veste N*f N*f pile poil comme je voulais... 60 € hum hum : une petite voix en moi me dit "60 €! Mais ça va pas la tête! Tu peux la faire sans problème cette petite veste et pour la moitié du prix!" (aaaaah je parie que je suis pas la seule à entendre ce genre de voix en faisant du shopping, je me trompe?;-) ) Je m'embarque donc dans cette galère sans penser qu'en travaillant toute la semaine, le timing allait être un peu juste... J-2 je trouve le tissu chez Chamick et le samedi matin, je m'installe, comme une fleur, à ma table pour décalquer mon patron sans me doute une seconde de l'enfer qui m'attend lol. À 13h, je finis seulement les modifications et je coupe enfin mon tissu. À 18h30, je suis comme une pile : ma veste n'a toujours pas de manches et on doit partir (invitation barbecue chez des copains oblige)... Argggg j'y arriverai jamais! Vers 22h30, retour à la maison et à l'atelier clandestin... 1h du matin : je finis enfin ma veste en bâclant les finitions (histoire d'avoir quand même un truc à me mettre sur le dos le lendemain). Moralité : pour les mariages, baptêmes, communions ou tout autre événement mondain, interdiction dorénavant de m'y prendre moins d'une semaine à l'avance!!! lol Rassurez-moi, je suis pas la seule à vivre ce genre de péripéties derrière ma machine, si?
Pour le côté technique, je suis partie de la veste n°120 du Burda 03/2011 : j'ai supprimé le col et redessiné une encolure ronde toute simple ; j'ai déplacé la pince de poitrine de façon à ne plus avoir que la pince à la taille (pour ça, allez voir ce super tuto très clair) ; j'ai aussi réduit la profondeur des plis creux de la basque parce qu'avec un tissu raide comme le jean, je risquais d'avoir l'air d'avoir des ailes! lol Ah oui, j'ai aussi ajouté des fermetures éclair décoratives au bas des manches. Je voulais également ajouter un zip pour fermer la veste devant comme sur le modèle N*f N*f mais une fois la veste sur moi, je me suis dit que vu ma carrure de nageuse, c'était sûrement mieux de la laisser ouverte : ça me fait une silhouette moins carrée : qu'en pensez-vous?
Pour les finitions, j'ai gansé toutes les coutures intérieures avec du biais : je me rends compte que je n'aime vraiment pas les coutures zigzagées ou surfilées. Même avec une surjeteuse, je trouve que ce n'est jamais nickel comme dans le commerce... Allez, un petit montage pour vous montrer tous les ptits détails.
clic clic pour voir en grand !
Au final, je ne sais pas si ça valait le coup de la faire moi-même. Certes, j'en ai eu pour 25 € au lieu de 60 € mais bon, est-ce que ça vaut vraiment tout le stress du samedi? Et puis est-ce que le résultat égale vraiment l'original? Je pense que je m'en suis pas mal approchée mais ma basque me semble quand même plus raide... Je me prends vraiment la tête pour rien, hein? ;-) lol Je suis tout de même très fière d'avoir tant modifié un patron et d'avoir obtenu un résultat portable :-) Peut-être qu'avec une robe, elle ferait un peu moins guindé? J'espère parce que sinon je vois pas trop quand je vais pouvoir la mettre....

Bonne fin de long week-end et à bientôt!